•  

    Et oui, l'automne est là et après lui viendra l'hiver.

    Pas tout de suite certes ce qui laisse le temps de se préparer.

    Je vous présente mes dernières créations d'inspiration automnale... voire hivernale...

             

     

    Avec des points simples, de la grosse laine, ces 2 ensembles coordonnés au crochet (et tricot pour le tour de cou bleu) sont facilement et rapidement réalisables.

    Les explications seront bientôt disponibles en rubrique tutos tricot-crochet.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Comme je l'avais annoncé dans un précédent article de mon carnet de bord créatif, je me lance dans ce fameux projet de leçons de tricot.

     

    J'y pensais depuis un bon moment sans jamais concrétiser en me disant j'ai pas le temps, je ne maîtrise pas la vidéo, d'autres l'ont déjà fait et très bien...

    Or en ce début d'été tous ces freins ont lâché. Il faut dire que l'ambiance était particulièrement propice à la création dans le gîte plein de charme que nous avions loué et où je me sentais si bien...

    J'ai donc fait mes premiers rushs sur mon lieu de vacances : c'est du brut et très artisanal vu que je ne suis pas équipée pour (je n'ai que mon smartphone).

    J'ai attendu de rentrer à la maison pour retravailler tout ça sur mon ordinateur : la galère ! et je ne comprends pas encore très bien le fonctionnement du "studio vidéo YouTube", enfin juste assez pour publier, découper, changer le fond sonore. C'est la base me direz-vous !

    Comme je n'ai pas la patience d'attendre de savoir faire mieux j'ai décidé d'envoyer quand même ces premiers films qui sont assez courts et à la roots, vous avez bien compris !

    On dira que je fait du développement personnel en cultivant l'art de ne pas être parfaite...

     

    Au programme de cette première série : les fondamentaux.

     

    J'aime a dire que lorsqu'on sait faire les mailles endroit et les mailles envers on est capable de faire tous les points.

    J'exagère ?... oui... mais à peine en fait,  la vérité est toute simple : les points de tricot ne sont jamais que la répétition :

    • soit d'un type de mailles toujours le même qui donnera le point mousse.
    • soit d'une combinaison de ces 2 types de mailles selon des algorithmes particuliers à chaque point.

    Ensuite tout est question de dextérité (d’entraînement donc), de patience, de concentration notamment pour lire les grilles, pour compter les mailles, les rangs...

    L'équipement aussi joue un rôle. Si 2 aiguilles et du fil suffisent pour débuter (aiguilles classiques en tailles diverses pour s'adapter à l'épaisseur de la laine), certains accessoires deviennent indispensables pour les techniques avancées aiguilles à 2 pointes, circulaires, à torsade, arrêts de mailles, marqueurs de rangs etc etc etc. : (clic ici pour voir mon équipement) 

     

    Mais n'oublions pas un préalable incontournable : le montage des premières mailles sur une aiguille. Paradoxalement je ne l'ai pas filmé en vacances mais à mon retour.

    C'est  l'objet de la leçon n° 1

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Vous souvenez-vous de ce modèle de top décolleté au crochet ?

     

     

    Et bien figurez-vous que j'ai dans ma garde robe un pantalon de la même couleur.

    Je voulais les porter ensemble depuis un moment mais pour aller au boulot je n'osait pas avec un aussi grand décolleté.

    C'était jusqu'au jour où j'ai eu l'idée de le mettre devant-derrière !

     

      

    Ce jour là j'ai regretté de ne pas y avoir pensé plus tôt !

    En effet je le préfère à tel point dans ce sens que j'ai décidé de mettre à jour les explications.

    Le tuto renouvelé est par ici.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Je suis partie en vacances en emportant dans mon sac à dos de quoi m'occuper les mains lors des temps calmes :

     

    Un équipement minimaliste pour prendre le moins de place possible :

     

     

     

    • une paire d'aiguilles de 4 mm,
    • quelques pelotes de laine Alabama de chez Katia coloris Verde
    • mon "kit de survie" : qui n'est autre qu'une petite boîte de chocolats carrée (15x15x3 cm) recyclée en étui pour accessoires de mercerie de base parmi lesquels ceux qui m'ont servis pour mon ouvrage : 1 aiguille à laine, 1 arrêt de maille et des épingles à nourrice, 1 mètre ruban, 1 découd-vite (qui est venu remplacer ma petite paire de ciseaux que j'ai dû abandonner l'été dernier à l'aéroport de Denpasar ! j'avais oublié de la laisser en soute...)
    • le magazine Modes et Travaux d’août 2019 reçu quelques jours avant mon départ avec à l'intérieur les explications d'un top à bretelle (photo en haut à gauche) qui m'ont donné envie de reprendre les aiguilles après de longs moi d'abstinence.

     

    Ce qui m'a attiré dans ce modèle c'est le point employé : jersey envers.

    En fait je n'avais jamais réalisé de modèle avec ce point car il me laisse une impression de vêtement porté à l'envers. Mais je voulais tenter l'expérience.

     

    Avant de commencer :

     

    Comme à mon habitude, je me suis plongée dans les explications que j'ai relues plusieurs fois. C'est un petit rituel quand je réalise des ouvrages à partir de modèles.

    Ce passage à la loupe m'a permis de dépister des défauts de conception qui ne m'ont pas découragée mais au contraire ont stimulé mon esprit créateur :

     

    1) La taille de la laine et des aiguilles

    Tricoté en 4 mm, bien qu'en coton mélangé et à fines brettelles, le top risque d'être trop épais et trop chaud l'été et trop découvert pour les inter-saisons.

    Ce défaut a aussi son avantage : le travail va monter rapidement !

     

    2) Les finitions

    Dans ce modèle, l'encolure et les emmanchures sont brutes, dépourvues de point de bordure.

    Si vous tricotez vous savez que les bordures en jersey roulottent énormément et que le pressage de l'ouvrage bien souvent n'y remédie pas ou insuffisamment (en tout cas c'est mon avis tiré d'expériences passées).

    Si par chance le pressage permettait d'obtenir des bords bien plats, ceux-ci laisseraient apparaître des crans (comme des marches d'escalier) car les décolletés du dos, du devant et des emmanchures sont obtenus par mailles rabattues en blocs de 7, 4, 3 et 2 mailles tous les 2 rangs à chaque extrémités.

    Enfin, l'absence de point de bordure fait courir le risque de voir bailler le décolleté du débardeur qui est déjà bien plongeant. Imaginez le résultat...

    C'est probablement pour cette raison que le modèle prévoit la confection et le laçage d'un lien au crochet au bas de la fente du devant. Mais aucun jour (petits trous), aucuns passant n'est prévu pour passer le lien. J'en déduit que ce lien doit coulisser entre les mailles du tricot, donc difficilement et avec des frottements. Bref, à l'usage les lisières vont inévitablement s'abîmer et se distendre. C'est un mauvais point si l'on veut que le tricot résiste au temps.

    Malgré tout cela je me suis mise à l'ouvrage en me disant que le temps de monter 36 cm avant les diminution je trouverai bien un moyen d'adapter les finitions. 

     

    3) Les mensurations.

    Je n'ai  réalisé ce souci de taille qu'après quelques rangs.

    J'avais fait à la maison un échantillon qui s'était révélé trop grand avec la taille d'aiguilles préconisée (4,5 mm). C'est pour cela que j'avais emporté des aiguilles plus fines (4 mm).

    Pourtant, après 5 cm de hauteur totale, le résultat me semblait encore trop large.

     

     

     

     

    J'ai alors mesuré la largeur : elle correspondait bien à celle indiquée sur le schéma c'est-à-dire 47 cm pour la taille 36-38.

    C'est là que ça a fait TILT : 47 x 2 = 94, soit pour ce top tricoté tout droit dans la taille annoncée 36-38 , près de 95 cm tour de hanches et de poitrine !!!   c'est ÉNORME et c'est sans compter le fait que la maille est extensible.

     

    D'où la question essentielle que je me suis posée : porterais-tu un débardeur XL ?

    " - Définitivement NON ! Voir ma poitrine, mon bidon et mes orteils au travers du décolleté : rédhibitoire... "

     

    Qu'à cela ne tienne :

     

    Au final j'ai imaginé mon propre débardeur !

     

    J'ai tout défait puis pris mes mesures, au vu desquelles j'ai monté 9 mailles de moins que le modèle de départ pour le dos.

    Le devant démarre aussi large que le modèle à la base (c'est pour mon bidon qui n'est pas gros mais pas plat non plus). Mais j'ai réparti ensuite 4 x 2 diminutions de part et d'autre tous les 12 rangs pour arriver sous la poitrine à une largeur équivalente à celle du dos

    Là j'ai intercalé une bande en côte 1/1 pour un top bien ajusté.

    Ensuite, viennent les emmanchures et encolures : le nombre et l'espacement des diminutions est calculé en fonction de la forme d'une de mes soutien-gorge. Elle sont positionnées à 3 mailles des bords, les 3 mailles qui servent pour la bordure.

    Pour l'uniformité j'ai gardé les cotes 1/1 en point de bordure.

     

    Et le tout m'a permis de passer de ça :

     

     

    à ça :

     

     

     

    Je suis très contente du résultat... mais il y a un mais :

    Comme je l'écrivais au début de l'article, ça a beau être du coton mélangé, c'est bien trop chaud pour l'été.

    Comme il me reste 3 pelotes et demi sur les 7 que j'avais au départ pourquoi ne pas tenter un twin-set pour l'inter saison ? 

    Au lieu et place du traditionnel ensemble pull-over - cardigan, un mini boléro viendrait couvrir mes épaules et mon dos pour supporter les variations thermiques de l'automne et/ou du printemps.

     

    Tout au long de cette aventure, j'ai pris des notes pour pouvoir publier prochainement les explications détaillées de ce nouveau modèle.

    Je me suis également filmée pour un projet de leçons filmées de tricot ou j'expliquerai les points de base selon 2 techniques différentes : fil dans la main droite et fil dans la main gauche.

    Le tout sera disponible en rubrique Tutos Tricot- Crochet

    A suivre....

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Décidément, l'avent m'inspire.

    Je suis fière de vous montrer la couronne de l'avent que je viens de terminer : c'est la première que je fais moi même !

    Très simple à réaliser :

    J'ai récupéré les branches que j'avais enlevées du bas de mon sapin pour les enrouler autour d'une armature métallique qui n'est autre qu'un cintre de pressing tordu en rond. J'ai ensuite :

    • plaqué les épis de branche qui dépassaient en ficelant la couronne avec du fil de nylon transparent.
    • torsadé du raphia tout autour de la couronne,
    • planté des grosses perles de bois avec de longs clous (environ 5 cm),
    • épinglé des rubans en nœuds papillon (j'ai suivi ce tuto youtube) et des fleurs cousues dans des chutes de jersey enduit doré.

    Les explications de la fleur arrivent bientôt en rubrique Tutos Couture.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique